Notre vision

SENSIBILISATION

Notre but est de faire du viol comme arme de guerre un enjeu public mondial en menant des campagnes de sensibilisation et en informant sur ce processus pensé, organisé et planifié et ses conséquences. Ainsi, nous intervenons dans des établissements scolaires ou universitaires et dans d’autres institutions (INTERPOL, UNESCO, OFPRA, Nations Unies, Union Européenne…).

EXPERTISE JUDICIAIRE

L’utilisation du viol dans les conflits et son caractère endémique depuis quelques années, réside essentiellement dans la large impunité concernant ces crimes.

De plus, l’obtention d’une condamnation est souvent perçue comme un aboutissement alors que pour les victimes, le processus judiciaire n’est que le début, condition sine qua non, du processus de résilience.

Nous luttons contre l’impunité, première cause de prolifération du viol comme arme de guerre. Nous partageons notre expertise avec les acteurs locaux (magistrats, policiers, etc.) et/ou internationaux car un procès pour viol de guerre requiert un cadre juridique adapté, une expertise particulière et un cheminement d’enquête spécifique. Nous collaborons et fournissons notre expertise aussi aux institutions internationales comme INTERPOL. Nous participons enfin à la mise en place de législation avec les gouvernements (RDC, Libye, Bosnie, Croatie…).

ACCOMPAGNEMENT

Le traumatisme lié aux violences sexuelles est profond, singulier et engendre une exclusion familiale et une stigmatisation sociale. WWoW aide les victimes à avoir accès aux soins médicaux et psychologiques. WWoW travaille aussi à permettre aux victimes de reprendre leur place dans la société en les accompagnant dans leurs projets professionnels. Le développement de projets permet aux victimes de se ré asseoir au sein de leur société, à travers un travail sur le traumatisme en tant que tel, de manière positive, par le biais d’activités concrètes. Cela inclut le développement d’activités permettant aux victimes de se distancier de leur propre histoire et ainsi reprendre leur vie en main pour être capable de redévelopper une vie sociale et économique. Nous explorons aussi l’utilisation de la thérapie virtuelle (jeux vidéo) et de l’art (photographie, théâtre) pour travailler sur le trauma.