Présentation du Back Up devant Brigitte Macron et les Grands Duchés du Luxembourg

La Première Dame et les Grands Duchés sont en effet venus visiter Station F, l’énorme campus de start-up situé à Paris, et où l’on retrouve le programme d’incubateur qui accompagne WWoW, ShareIT.io.

Céline Bardet a donc pu présenter les missions que se donnent WWoW, et l’esprit qu’elle veut maintenir dans cette organisation tiré de ses nombreuses années d’expérience sur le terrain. Elle a pu présenter le projet phare de WWoW, le Back Up, accompagné par Nicolas Sanitas de InTech Luxembourg, qui développe ce nouvel outil numérique.

Le Back Up est une application numérique qui permettra d’une part de signaler les situations de viol de guerre et de mettre les victimes en contact avec des professionnels compétents (médecins, psychologues, avocats…). D’autre part, le Back Up se veut être un outil de mise en réseau des professionnels entre eux, pour plus de coordination. Le Back Up veut mettre la technologie au service des victimes et de la justice. C’est un outil entièrement sécurisé, qui permettra en outre de récolter des témoignages qui, en les recoupant, pourront faire apparaître des faisceaux d’indices, permettant par la suite de constituer des dossiers judiciaires.

Brigitte Macron et le Grand Duc et la Grande Duchesse du Luxembourg se sont montrés très intéressés par ce nouvel outil. Céline Bardet tient à ce que les différentes autorités nationales – et notamment en Europe – prennent conscience du fléau que constituent les violences sexuelles en conflit. Leur soutien est indispensable à la progression des activités comme celles que mènent Céline Bardet et l’équipe de WWoW. C’est aussi pour cela que Céline a choisi d’installer son ONG en France, avec des valeurs et des idéaux qui lui tiennent à cœur.

Cet échange fut très positif pour toute l’équipe de WWoW qui était heureuse de voir que les autorités de différents pays s’investissent dans cette cause ! Il y a encore 4 ans, quasiment personne ne parlait du viol de guerre. Aujourd’hui, journalistes, documentaristes et pouvoirs publics se saisissent du sujet, c’est déjà une première victoire pour WWoW. Mais il convient désormais de poursuivre l’action et de mener des projets qui toucheront directement les survivant.e.s. Le projet Back Up est quant à lui désormais bien lancé. Une première version de l’application sera testée dans plusieurs pays pilotes au cours de l’année 2018.

                                                                                                                            Martin Chave 

 

You Might Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *